Skip to content

Accueil > Y a d’la Joie ! > ...et la vie de parents > L’emploi des parents d’enfants différents

L’emploi des parents d’enfants différents

dimanche 14 février 2016, par Association Charge

On a été touché par le combat d’une maman d’enfant "différent" du Sud Ouest.
Nathalie Morand, notre présidente, vous raconte cette rencontre virtuelle qui a abouti à une bataille solidaire :

Je me fais l’écho de la demande de Nathalie DARQUEST car je suis un soutien actif de son action.
Je suis aussi une Nathalie avec aussi un enfant "différent" et en tant que maman de .. je me sens concernée et comme présidente de mon association aussi.
Nous avons écrit à 4 mains un mail que nous avons envoyé à tous les députés et sénateurs, quel retour aurons nous ???
Voici notre courrier que vous pouvez envoyer à votre tour à nos responsables politique.

"Madame, Monsieur,

C’est l’histoire de 2 Nathalie.
L’une habite près de Bordeaux, l’autre de Grenoble,
L’une était assistante de direction, l’autre assistante commerciale,
L’une à un garçon porteur du syndrome Prader Willi, l’autre un garçon porteur du syndrome CHARGE,
L’une a perdu son emploi parce que le suivi médical de son fils n’était plus compatible avec sa vie professionnelle, l’autre...aussi,
L’une a l’envie et l’obligation de reprendre le travail car sa famille a le droit de vivre comme tout le monde, l’autre...aussi,
L’une ne veut pas être une assistée de la société et veut être moteur de sa vie, l’autre...aussi,
L’une s’appelle Nathalie DARQUEST, l’autre Nathalie MORAND,
L’une est la créatrice du projet "Soutenez les parents d’enfants différents : retrouver une vie sociale", l’autre la soutien en tant que maman et présidente de l’Association C.H.A.R.G.E Enfant Soleil.

L’histoire de ces deux Nathalie est celle vécue par beaucoup de parents ayant un enfant "différent".
Dans notre combat, nous entraînons plus de 43500 signatures recueillies à ce jour sur notre pétition (lien en bas de mail).

Nous, les deux Nathalie, étions faites pour nous rencontrer et ensemble, nous agissons et militons pour les mêmes raisons que nous tenons à vous exposer :

Nous, les parents d’enfants malades ou en situation de handicap revendiquons le droit de reprendre une activité professionnelle mais adaptée à nos contraintes.

En tant qu’aidant de nos enfants nous avons aussi le droit de pouvoir accéder à des métiers et postes qui nous intéressent et pour lesquels nous sommes totalement qualifiées.
Seulement, dans la vraie vie, il nous reste trop souvent que des emplois sous payés, non qualifiés et usant psychologiquement comme physiquement, nous renvoyant souvent à nos propres existences et problèmes.
C’est pourquoi, nous proposons deux projets indissociables :

- La création et mise à disposition aux parents d’enfants différents, d’offres d’emplois, de contrats qui soient adaptables à leurs situations sur la base de quotas d’heures, à la semaine, au mois, (télétravail, emplois physiques) solution qui conviendrait également pour de nombreuses petites entreprises qui ont du mal à recruter du temps plein et des CDI (solution économique, sociale et solidaire).

- En parallèle, la création d’un site web dédié aux demandeurs d’emploi tels que nous, et employeurs. Ce site, serait à disposition de recruteurs conscients de nos difficultés et qui pourraient ainsi embaucher du personnel à la carte, en prenant compte de nos souhaits d’emploi surtout et essentiellement par rapport à nos disponibilités.

Ce site spécialement conçus pour nous, l’inscription y serait validée par le fait que nos enfants ont bien leurs dossiers à la MDPH.

Nous vous sollicitons pour faire entendre notre voix, qui n’est pas celle de simples citoyens, mais de familles durement éprouvées qui veulent vivre dignement et pour que l’égalité des chances en terme d’emploi soit la même pour tous.

Nous vous remercions par avance pour l’intérêt, l’écoute et votre compréhension de cet autre combat que nous menons, pour qu’enfin nous puissions participer à la vie économique de notre pays avec engagement, ténacité et volonté...Notre motivation n’étant pas d’être des dépendants des aides de l’état.

Pour ces milliers de parents, merci d’avance.

Voici les différents liens :
du projet sur Bleu Blanc Zebre d’Alexandre Jardin :http://www.bleublanczebre.fr/je-decouvre/les-actions/parents-denfants-differents

Pétition : https://www.change.org/p/marisol-touraine-cr%C3%A9er-des-contrats-de-travail-adapt%C3%A9s-pour-parents-d-enfants-diff%C3%A9rents?recruiter=50424891&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Tribune dans le Plus du Nouvel Obs : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1240261-votre-fils-a-une-maladie-rare-j-ai-du-quitter-mon-cdi-pour-le-soigner-la-double-peine.html

Blog : http://une-vie-sociale-a-nous.blogspot.fr/

Association CHARGE :
http://www.associationcharge.fr
https://www.facebook.com/associationcharge/"

Réponses politiques

PNG - 155.7 ko
Cliquez sur l’image pour accéder à l’article

Ci-dessous, la lettre que Michel Le Scouarnec, sénateur du Morbihan a fait parvenir au ministère du travail :

Madame la Ministre,

J’ai été sollicité par des parents d’enfants handicapés dont la souffrance est bien souvent négligée : l’accompagner au quotidien génère fatigue, souffrance, burn-out et des situations financières difficiles voire catastrophiques. C’est une question qui fait peu de bruit, alors qu’elle entraîne une inégalité réelle des chances pour des parents souhaitant malgré les difficultés, accéder à une vie professionnelle digne et satisfaisante.

Les parents d’enfants handicapés doivent faire face la plupart du temps à des plannings extrêmement contraints. Toutes les familles courent pour emmener les enfants au sport, à la musique. Avec un enfant handicapé, elles gèrent en plus bien d’autres déplacements : rendez-vous médicaux et paramédicaux, transports vers un établissement… La proximité géographique est bien souvent un luxe. La rareté des dispositifs spécialisés lorsque l’enfant en a besoin entraîne des trajets importants. Il y a au final de l’énergie épuisée, des défenses érodées, des budgets tronqués. Certains abandonnent le combat.

Des couples forment des projets de vie, empruntent pour une maison, une voiture. Le diagnostic d’un handicap ou d’une maladie rare chez leur enfant, provoque un véritable séisme transformant pour toujours la vie de ces personnes. Parfois, les tensions et l’épuisement provoquent des divorces, ajoutant de la difficulté aux difficultés. A la clé, il y a des réductions du temps de travail, des pertes d’emploi et donc une diminution importante des ressources financières du foyer, avec les conséquences que l’on imagine, jusque sur les retraites. Le cercle vicieux est en place : précarité, détresse, dépression...

Un élément important à prendre en compte est l’aspect non pérenne des plannings mis en place par ses familles. Pour la prise en charge des traitements médicaux des réajustements sont souvent nécessaires. Comment faire lorsque l’on a un accord avec son employeur sur des jours de travail, calés sur le jour d’accueil au CAMSP (par exemple) et que ceux-ci changent régulièrement ?

Pour les femmes, il existe en outre une double peine : une étude menée par Audrey Guyard pour l’Université Joseph Fourier en 2012 conclut que le non-emploi apparaît nettement plus fréquent chez les mères d’enfant porteur d’une déficience sévère qu’en population générale.
Maintenir une vie professionnelle équilibrée, mener à bien ses projets, garder du temps pour soi, pour les autres enfants… tous les parents en ont envie et besoin. Or c’est un réel défi pour ceux dont les enfants sont en situation de handicap ou malades.

Le droit du travail permet certes différents aménagements et congés pour se libérer du temps, ponctuellement ou pas : congé pour enfant malade, congé de présence parentale, le congé de soutien familial, le congé de solidarité familiale, les horaires individualisés. Reste ensuite la réduction du temps de travail, qui entraîne une diminution du salaire, même avec un complément de l’AEEH. Mais ces dispositifs diffus, sont largement insuffisants.

Des mères de familles, Nathalie DARQUEST, créatrice du projet "Soutenez les parents d’enfants différents : retrouver une vie sociale", et Nathalie MORAND, Présidente de l’Association C.H.A.R.G.E Enfant Soleil, travaillent à faire connaître les attentes pratiques et légitimes de ces familles, en proposant des solutions adaptées et nécessaires, relativement simples et surtout utiles à la collectivité. Deux projets complémentaires pourraient en effet voir le jour sous la houlette de votre ministère. D’une part, la création et la mise à disposition pour les parents d’enfants différents, d’offres d’emplois adaptées à leurs situations comprenant des quotas d’heures, à la semaine, au mois (en télétravail ou en emplois physiques). Cette solution conviendrait à de nombreuses PME et TPE ayant des difficultés à recruter à temps plein et/ ou en CDI. D’autre part, la création d’un site web dédié́ aux parents d’enfants handicapés et demandeurs d’emploi, et aux employeurs sensibilisés, qui pourraient ainsi embaucher du personnel à la carte.

Dans le contexte économique et social actuel, la précarité et son corollaire, la pauvreté, sont des problèmes majeurs. Dans le cadre d’une politique globale de lutte contre le chômage, il me paraît juste de penser en priorité à ceux que la vie à charger de cette double difficulté. C’est aussi une question de dignité humaine pour notre société.

Connaissant votre engagement pour la cause du handicap ainsi que pour celle de l’égalité des droits et des chances, notamment celles de femmes dans le travail, je sollicite de votre bienveillance l’écoute de ces mères de familles et des projets qu’elles portent avec énergie et connaissance du terrain. Je vous remercie par avance de me tenir informé des projets que vous pourriez mettre en place ou renforcer et ainsi aider ces familles, pour qu’elles puissent participer à la vie économique de notre pays avec épanouissement.

Michel Le Scouarnec / 2 mars 2016

Cet article vous a plu : faites le savoir ...

Répondre à cet article

Rejoignez, soutenez l’association —> Toutes les infos ici